12/08/2006

 

Mes élucubrations sont souvent dictées par l’écoute d’ami(e) s, de leur vie, de leur histoire.

Hier je constatais encore qu’il n’y a pas de couple sans conflit. Que ce confit soit d’ailleurs ouvert, latent, nié, il est toujours mal compris et se vit dans la souffrance.

Les conseils qu’on tente d’avoir de votre part sont périlleux. Les enjeux sont vus comme trop importants dans des crises dont nous ne connaissons que certaines facettes.

Souvent d’ailleurs ces conflits ne sont pas bien compris par leurs auteurs. Les manipulations inconscientes de situations vécues faussent la perception de leur communication.

Il me parait que les conflits de couples sont souvent moins graves qu’en apparence.

Le plus sérieux et le plus grave est souvent le conflit que nous avons avec notre moi, dans notre manque de reconnaissance de soi que nous recherchons, en vain, dans l’autre.

Il est souvent à la base de malentendus et de frustrations.

Le choix d’une éventuelle séparation se résume souvent entre deux souffrances : celui de se priver d’une relation privilégiée devenu insupportable ou celui d’une solitude célibataire peu assumée.

La seule chose peut-être nécessaire en ces moments est de ne point dramatiser la situation de crise, sans pour autant minimiser le mal –être, vécu d’ailleurs chez chacun.

Il faudrait prendre, selon moi, la décision d’une séparation éventuelle, en dehors des moments de crise. Ce n’est pas dans ces moments que nous avons le meilleur regard, la meilleure écoute de nous, de l’autre, pour faire pivoter ainsi notre vie.

Analysons bien si l’autre est vraiment celui qui me ligote, m’immobilise dans des positions insupportables de souffrance. Si c’est l’autre qui me retire toute l’énergie de vie et me place dans une situation constante d’inconfort personnel. Si le rester ensemble me fait payer un prix trop exorbitant à mon évolution et à mon bien-être personnel.

A ces questions cruciales, nul conseiller ou nul ami(e) n’a la réponse.

Mik.

06:42 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... c parfois mieux de juste écouter justement ... ne rien dire ...
Parfois on cherche juste quand on se confie a autrui ( je veux dire a qqn d'autre que son partenaire ) à balancer sa pensée la relativiser ... ce calmer et trouver le vrai malaise ...
ce qui est genial c quand on n'a plus besoin d'autrui pour relativiser sa pensée ...
on est juste parfois si différent et c pas simple à manager mais quand on y arrive on est heureux ... enfin moi je le suis vraiment et je pense que j'ai de la chance ... et quand je regarde en arrière ... je pense que c'est une question de d'être bien avec soi-même comme tu dis ... c entre moi et soi ... on recherche trop en l'autre un pensement un bouche trou a un manque qu'on ne pourra jamais combler !!!! parce qu'on a tous un manque ... qu'on ne comblera jamais !

Écrit par : marie@ | 14/08/2006

Les commentaires sont fermés.