14/02/2006

Amour et tolérance

http://www.weblibris.com/fr/adsexpo.html

J’avoue parfois être un peu perdu devant tant l’intolérance de nos sociétés, de personnes aussi autour de moi. Comment s’en accommoder ? Comment ne pas perdre un esprit de combat contre cette intolérance, sans devenir hargneux, malveillant et pire sans devenir intolérant à mon tour ?

J’ai encore suivi les débats sur les événements qui ont suivi les caricatures de Mohamed. Ils sont bien révélateurs d’un choc des cultures.

J’ai vu des gens de bonne volonté, s’efforçant de ne fâcher personne, probablement parfois pour sécurité personnelle, mais aussi plus noblement pour ne pas provoquer l’intolérance chez les autres.

Quand pourrons-nous admettre qu’il n’y a point de « vérités », révélées ou non ?

Tout le monde semble d’accord pourtant sur les mots d’égalité, de fraternité ou de liberté.

Mais qu’est-ce que ces mots entraînent comme action ?

Soyons lucides : personne n’est pour l’inégalité, mais chacun a envie et éduque même dans le désir de s’élever socialement (entendons souvent matériellement) ; chacun se dit pour la liberté tout en tentant de la limiter lorsqu’elle devient gênante pour ses idées ou idéaux ; chacun se dit pour la fraternité tout en manifestant son hostilité à son frère « différent ».

J’en ai vraiment marre de tous les grands discours qui sont de grandes abstractions. Ils nous écartent du réel qui pour la majorité d’entre nous se résume dans une devise bien plus réelle, celle du «  métro, boulot, dodo ».

La cause du mal est pourtant évidente : la misère et l’ignorance qu’elle engendre.

Socrate montrait déjà à Protogoras que nul ne faisait le mal exprès mais par ignorance.

Alors si un être souffre d’un manque de nourriture, il faut le nourrir. Mieux encore : si quelqu’un manque d’instruction, il faut éveiller sa conscience, l’aider à faire un choix éclairé, le rendre capable de prendre un peu de distance devant l’apparence ou l’impression du moment.

Et si il a besoin d’affection, il faut l’aimer. Vive Valentin ! Lol.

Le reste n’est que blabla.

Les Grecs n’avaient pas de « mauvais diable », symétrique à un « bon dieu » à la manière des religions actuelles et spécialement de la chrétienté.

Je n’en ai point non plus, moi qui me dis souvent diable, et je n’ai pour dieu et morale que de pouvoir aimer à ma manière, en amoureux de ceux qui savent encore s’émerveiller parce que remplis de rêves. Bonne fête mes Valentins !!

Mik.http://ploeg4b.skynetblogs.be/

08:47 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

la saint valentin je passai te souhaiter une bonne fête mais je vois que ce n'est pas trop ton truc alors on va faire autrement...je te souhaite toute l'année d'être heureux et de trouver de très bons partenaires...na c'est mieux comme ça non?

bisous mon papy adoré

Écrit par : coco | 14/02/2006

bonjour mik un petit passage par chez toi pour te lire;
j'aime bien ce que tu écris
amitié

Écrit par : Gibritte | 14/02/2006

Les commentaires sont fermés.